Découvertes

Une des substances présentes dans l’Ayahuasca pourrait bien soigner le diabète

Le diabète touche actuellement des centaines de millions de personnes dans le monde. Rien qu’en Amérique, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) estiment ce nombre à environ 20 millions. Les traitements et les méthodes qui permettraient d’inverser le cours de la maladie donnent des résultats prometteurs, et l’un d’entre eux est un produit chimique que l’on trouve couramment dans un certain nombre de plantes dans le monde entier. C’est aussi un ingrédient principal dans le mélange psychoactif communément connu sous le nom d’ayahuasca.

Le diabète est une maladie auto-immune qui empêche le pancréas d’une personne de produire de l’insuline, une hormone qui permet aux gens de recevoir l’énergie en provenance de leur alimentation. Cela a lieu lorsque le système immunitaire de l’organisme attaque et détruit les cellules productrices d’insuline dans le pancréas, qui sont appelées cellules bêta. Apparemment, la cause n’est pas bien comprise, mais les scientifiques pensent que les facteurs génétiques et environnementaux jouent un rôle. La science moderne nous dit qu’il n’existe pas de remèdes.

Là encore, le diabète de type 1 et le diabète de type 2 touchent quelque 380 millions de personnes dans le monde. Les deux résultent en fin de compte d’une carence en cellules bêta fonctionnelles, celles qui sont productrices d’insuline, dans le pancréas, qui est l’endroit où cette substance donne les résultats les plus prometteurs.

Une nouvelle recherche publiée dans la revue Nature Medicine – une étude menée par des chercheurs de l’Icahn School of Medicine du Mont Sinai, financée par la FRDJ et les National Institutes of Health – a constaté ceci :

“A l’aide de trois souris, et de différents types d’insuline humaine, nous montrons que l’harmine est capable d’induire la prolifération des cellules bêta, d’augmenter la masse insulinaire, et d’améliorer le contrôle de la glycémie. Ces observations suggèrent que les analogues de l’harmine peuvent avoir un potentiel thérapeutique unique pour le traitement du diabète humain.”

(source)

Après avoir découvert que l’harmine pouvait reproduire les cellules bêta en culture, les chercheurs ont injecté de l’insuline humaine à des souris diabétiques, et leur ont administré de l’harmine. Cela a ensuite déclenché la production de cellules bêta qui, à son tour, a ramené le taux de glycémie à la normale. La Harmine a fait tripler le nombre de cellules bêta dans le pancréas des souris.

L’étude a passé au crible plus de 100 000 médicaments potentiels et, parmi tous, l’harmine a été le seul à pousser les cellules bêta productrices d’insuline humaine à se multiplier.

“Nos résultats fournissent un grand nombre de preuves démontrant que la classe de substance de l’harmine peut faire proliférer les cellules bêta humaines à des niveaux qui peuvent être pertinents pour le traitement du diabète. Bien qu’il nous reste encore beaucoup de travail à faire pour améliorer la spécificité et la puissance de l’harmine et des composés apparentés, nous estimons que ces résultats représentent une étape clé vers un traitement plus efficace du diabète dans le futur.”

– Andrew Stewart, M.D., directeur de l’Institut du diabète, de l’obésité et du métabolisme de l’Icahn School of Medicine (source)

On estime que la régénération des cellules bêta est la solution et le remède ultime au diabète, mais il reste encore beaucoup à faire. Apparemment, la prochaine étape pour les chercheurs est de développer des prototypes de médicaments qui ne cibleraient que les cellules bêta.

Le Harvard Stem Cell Institute (HSCI) a également réalisé des progrès prometteurs. Des chercheurs y ont récemment découvert comment fabriquer de grandes quantités de cellules productrices d’insuline. Ils affirment que cette percée est tout aussi importante que le développement des antibiotiques, qui (bien qu’ils aient fait leurs preuves) n’ont pas été sans conséquences graves et dommageables pour la santé. Les cellules bêta dérivées de cellules souches font actuellement l’objet d’essais cliniques sur des animaux, et les chercheurs espèrent que les essais cliniques commenceront dès que possible. Pour en savoir plus à ce sujet, cliquez ici (lien en anglais).

Les patients ayant guéri du diabète en seulement 30 jours

Dans le film Simply Raw : Guérir du diabète en 30 jours, six sujets ont été appelés, tous ayant des modes de vie et des conditions de vie différents, mais tous diabétiques – cinq de type 2 et un de type 1. Chaque sujet prenait de l’insuline.

Il s’agit de vraies personnes, et de vraies histoires. Pour en savoir plus à ce sujet, cliquez ici (article en anglais).

Partout dans le monde, les gens empruntent d’autres voies pour obtenir des résultats égaux et parfois meilleurs que ceux qui sont mis à leur disposition par l’intermédiaire des médecins et des professionnels nommés par l’État, par exemple. Je pense qu’il est important que les gens connaissent leurs options et aient une chance équitable d’en entendre parler. Je connais beaucoup de personnes atteintes de diabète qui ne sont pas conscientes du pouvoir de l’alimentation dans la transformation de leur condition, mais qui prennent de l’insuline et suivent les idées du courant dominant comme s’il s’agissait de la seule vérité.

Cela ne veut pas dire que le courant dominant est mauvais, c’est simplement que nous passons à côté d’autres options. Après tout, l’American Diabetes Association affirme qu’il n’existe pas de remèdes, mais les résultats ci-dessus suggèrent qu’on ne nous dit pas tout dans cette histoire.

Par Arjun Walia, Collective-Evolution

Traduit par Valentin Melchisédech, Chercheurs de Vérités

Catégories
DécouvertesMédecine naturelle

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
  S’abonner  
Notifier de
Rejoignez-nous sur Facebook
Facebook Pagelike Widget
S’abonner à la newsletter
Recevez toutes les dernières informations
Catégories
Chercheurs De Vérités