Omer-Badokhon
Uncategorized

Un ingénieur yéménite de 24 ans développe un procédé qui transforme les déchets en carburant

Cela fait plus de deux ans que la crise yéménite a commencé et depuis, 17 millions de personnes (60 % de la population) souffrent d’insécurité alimentaire. Beaucoup de gens ne savent pas d’où viendra leur prochain repas et dans certains villages, l’électricité n’a même pas été rétablie. Pour survivre, plus de 3 millions de citoyens ont abandonné leurs maisons et trouvé refuge ailleurs. Ceux qui restent derrière se heurtent à de nombreux défis, notamment la dégradation des services publics, la rareté des soins médicaux, l’épidémie de choléra et le manque d’électricité.

Bien que l’avenir semble sombre, il n’est pas sans espoir. Certains, comme Omer Badorkhon, diplômé en génie chimique, prennent des mesures pour aider les voisins de son pays. Le jeune homme de 24 ans a inventé un dispositif de biogaz à échelle réduite qui transforme les déchets en carburant. Parce qu’il lutte contre la pollution intérieure, fournit du carburant propre aux habitations rurales et contribue à freiner le réchauffement climatique, le jeune inventeur a remporté le prix Young Champions of the Earth du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et de la société de polymères Covestro. Avec le prix de 15 000 $, il vise la construction de 50 à 80 unités.

déchets en carburant

Les souvenirs d’enfance de voir sa mère cuisiner dans une cuisine enfumée ont inspiré cette entreprise. Et l’année dernière, en concevant une décharge dans la ville de Mukalia avec un groupe d’étudiants, le jeune homme de 24 ans a eu l’idée de lutter contre la pollution intérieure. Badokhon s’est rendu compte que la récupération du biogaz de la décharge prendrait plusieurs années et ne servirait qu’à une seule ville. C’est pourquoi il s’est lancé le défi de créer une usine à micro-échelle pour les maisons individuelles. Reuters rapporte que l’objectif de Badokhon est de garder les rues de la ville propres des ordures ménagères (ce qui a conduit à une épidémie de choléra) tout en fournissant en même temps aux unités familiales du combustible de cuisine propre, de l’éclairage et des engrais organiques.

“Dans certains villages, l’électricité n’a pas été rétablie depuis le début du conflit en 2015”, a déclaré l’inventeur à la Fondation Thomson Reuters. “Dans la ville de Mukalla où j’habite maintenant, je me souviens combien je me sentais désespéré d’essayer de terminer mes devoirs universitaires à la chandelle quand le courant s’éteint quatre à six heures par jour.”

Grâce au travail acharné de Badokhon, la micro-usine de biogaz sera bientôt réalisée. Chaque appareil sera construit localement à l’aide de plastique ou de fibre de verre, et 1 500 foyers expérimenteront l’invention au cours des huit prochains mois. Badokhon utilisera aussi son prix de 15 000 $ pour construire le premier lot de 50 à 80 unités. Grâce à la compagnie pétrolière yéménite PetroMasila, une somme additionnelle de 10 000 $ a été reçue pour poursuivre ses recherches.

Le jury affirme que le projet profitera à la population de diverses façons. Premièrement, il empêchera le réchauffement climatique de s’aggraver en utilisant des déchets organiques qui produisent du méthane. Il permettra également de réduire le déversement généralisé des déchets, qui est le principal responsable de l’épidémie de choléra. Enfin, il fournira du combustible propre pour les habitations rurales où plus de 3 millions de personnes cuisinent encore sur des feux ouverts. L’inhalation de fumée peut causer des maladies respiratoires et même la mort.

Le biogaz, qui est une source d’énergie renouvelable produite lorsque les bactéries décomposent les matières biodégradables dans des chambres privées d’oxygène, peut être utilisé sous sa forme pure pour la cuisson, brûlé pour créer de l’éclairage et de la chaleur, et raffiné en gaz naturel. Après avoir bricolé son projet pendant des mois, l’inventeur a affiné un catalyseur biochimique qui décompose les déchets organiques à une vitesse accrue. Combinée à des chambres de fermentation spécialement conçues, cette technologie double la quantité de biogaz produite à partir d’une seule quantité de déchets.

Badokhon dit que les Yéménites produisent en moyenne un demi-kilo de déchets organiques par jour. Cela signifie qu’une famille a 2-4 kilogrammes par jour à utiliser pour une unité de biogaz. Cela peut fournir deux heures de cuisson sans catalyseur. Ou, comme le dit l’inventeur, “suffisamment pour préparer le déjeuner”.

Source : The Mind Unleashed

Traduction : Anguille Sous Roche

Catégories
Uncategorized

Laissez une réponse

Chercheurs de Vérités
error: Si vous avez besoin de quelque chose, contactez-nous !