Super Lune
Astrologie

Les influences de la Lune et des planètes sur la psyché humaine

« Qu’est-ce que la guerre ? C’est le résultat de l’influence planétaire. Quelque part, là-haut, deux ou trois planètes se sont trop rapprochées l’une de l’autre : il en résulte des tensions… Ici, sur Terre, les gens commencent à se massacrer l’un l’autre… Ils peinent à se rendre compte à quel point ils sont des pions dans ce jeu… il faut comprendre que ni […] les généraux, ni les ministres, ni les parlements, n’ont de l’importance, ou ne peuvent y faire quoi que ce soit. » – G. I. Gurdjieff

La guerre peut se comprendre de nombreuses manières. Les matérialistes la voient simplement comme une excroissance de nos instincts animaux, et une bataille pour la survie, alors que d’autres peuvent y avoir une main plus conspiratrice à l’oeuvre. Il y a une autre perspective, une que l’on retrouve au coeur de l’ésotérisme, surtout celui du Fourth Way (la quatrième voie) enseigné par le professeur spirituel G. I. Gurdjieff (1866 ?-1949).

C’est une perspective qui présente la guerre comme étant, non pas inhérente à l’homme ou aux gouvernements, à l’économie ou à la politique, mais à quelque chose d’extérieur. Ceci provient de diverses configurations et interactions entre les planètes, surtout de la Lune (qui, techniquement, est un luminaire), et du fait que l’homme existe dans un état tellement peu développé qu’il est entièrement sans protection face à de telles influences.

A moins que nous ne comprenions ceci et nous engagions à prendre le contrôle total de notre vie, nous allons continuer à être malmenés par-ci, par-là, non seulement à cause des forces planétaires, mais aussi à cause du mouvement avant-arrière de notre existence quotidienne. Gurdjieff a baptisé ce manque de contrôle « l’influence de la Loi de l’Accident. »

Le Rayon de la Création

Pour apprécier pleinement ce modèle, il nous faut prendre en considération la cosmologie ésotérique de Gurdjieff. Le Rayon de la Création (voir le diagramme) est similaire à toutes les cosmologies traditionalistes proposant une « grande chaîne » d’existence, de l’Absolu jusqu’au monde physique.

rayon de la création

Dans le modèle du Fourth Way, ce Rayon inclut des niveaux croissants de lois, et des degrés décroissants de la liberté. L’Absolu a 1 loi, et représente la véritable liberté de l’Individu parfait, alors que la matière morte a 192 lois.

La Terre a quelques 48 lois, et la Lune 96. Il y a aussi une relation spéciale entre la Terre et la Lune que nous examinerons en détail plus loin.

Ce Rayon est important parce qu’il montre comment la Terre, avec ses 48 lois, est sous l’influence à la fois de forces supérieures, et de forces inférieures. Et quand les planètes s’alignent, leurs influences augmentent, d’où le fait que la puissance de la Loi de l’Accident s’accentue.

Tout cela peut paraître plutôt cosmologique, mais ces forces sont en relation directe avec la nature de l’homme, et ont une influence sur le comportement humain.

Les corps de l’homme et le Rayon de la Création

Chacun des quatre corps humains (physique, astral, mental et éthérique) est relié aux sphères du Rayon de la Création. Le corps physique est relié à « la Terre », l’astral à « toutes les planètes », le mental au « Soleil », et le quatrième corps, qui doit se développer, et qui n’existe que potentiellement, à « tous les Soleils ».

Chaque corps subit l’influence de la sphère à laquelle il est relié, et à ses lois équivalentes. Puisque le corps astral de l’organisme humain est lié à « toutes les planètes », il est directement affecté par les alignements qui contribuent à façonner et à contrôler l’inconscient humain.

Alors que nous pensons que nous sommes conscients, et que nous avons une volonté indépendante, et de l’autonomie, il est affirmé, dans le Fourth Way et d’autres traditions ésotériques, que c’est une illusion. Nous sommes des robots contrôlés par les influences des planètes, à la fois sur le plan individuel et collectif, à moins de prendre directement et obstinément le contrôle.

Le Kundabuffer, l’organe de l’illusion

Un des moyens fondamentaux par lesquels ces forces influencent le genre humain, est à travers cet étrange organe connu sous le nom de « Kundabuffer ». Le Kundabuffer est décrit par Gurdjieff comme étant le créateur de l’illusion – il nous fait rêvasser, et croire que nous sommes éveillés, alors que nous sommes en fait endormis.

Il crée des tampons, ou des mécanismes de dénégation, qui nous empêchent de voir le monde tel qu’il est. Ceci nous permet de nous faire contrôler par les flux et reflux des planètes (et d’autres forces). Le terme Kundabuffer est vu par beaucoup comme étant une adaptation du concept védique de la Kundalini.

La Kundalini est une force psycho-physique, située à la base de la colonne vertébrale ; elle contrôle l’organisme aux niveaux psychologique, éthérique, et peut-être même physique, à travers les sept Chakras.

La Kundalini et les chakras opèrent comme une antenne cosmique. Elles reçoivent les influences des planètes et au-delà. Les initiés peuvent utiliser ces forces pour de grands bienfants, mais chez les personnes lambda, ce sont simplement des mécanismes de contrôle.

Le système des chakras possède un potentiel à la fois positif et négatif. Alors que la plupart des New Agers voient les chakras et la Kundalini de façon positive, le Tantrisme traditionnel et Gurdjieff sont plus critiques. La Kundalini est le pouvoir de Kali, la déesse de la gnose, et aussi de l’illusion. Elle tisse la toile de Maya (l’illusion), et trompe le genre humain, en l’invitant à s’éveiller et à voir à travers son jeu.

En tant que Maya, c’est la déesse de la destruction. Elle est dépeinte soit avec quatre bras, ou avec dix. Sa peau est d’un bleu sombre, et ses yeux rouges sont remplis de luxure et de rage. Elle a des crocs, et une langue pendante.

Elle porte une jupe de bras humains, et une guirlande de têtes. Malheur à ceux qui l’approchent sans la gnose. Mais pour ceux qui voient à travers son illusion, elle devient soit une mère, soit une amante. Les deux formes de Kundalini sont importantes, puisqu’elles représentent la condition humaine, esclave de l’illusion, et contrôlé par les planètes, ou éveillé dans un état de conscience de soi.

De la nourriture pour la Lune : le chemin lunaire

La Lune joue un rôle d’importance au cours de ce processus. Elle est gouvernée par les 96 lois, et se trouve au plus bas reflux du Rayon de la Création, juste après la matière morte. C’est une planète morte, un parasite, qui se nourrit des énergies de la Terre, et les recycle dans la sphère du monde.

Dans le Tantra, on apprend le secret de la Lune – c’est la porte d’entrée du mort non éveillé. Dans le Fourth Way, le bouddhisme, et de nombreux autres enseignements ésotériques, le genre humain ne possède pas d’esprit ou de Soi de façon naturelle – une vraie identité individuelle doit se forger par l’action.

Lorsque un être non éveillé meurt, les facteurs karmiques qui composent leurs expériences traversent la sphère lunaire, et se réincarnent sur Terre.

Dans le Véda, cela est connu comme étant le « Chemin des Ancêtres. » Ce chemin n’offre pas de véritable immortalité, simplement une répétition constante des mêmes conditions, encore et encore, jusqu’à la fin du cycle des âges, à la fin du Kali Yuga, ou Ragnarok.

Lors de cette étape, si un individu n’a pas réussi à se forger un soi séparé, il sera dissous dans la nuit cosmique, et cessera d’exister. En termes philosophiques, Friedrich Nietzsche décrivait ce processus comme un éternel recommencement, qui peut uniquement être brisé par l’évocation de la « volonté du pouvoir. »

« Et si un jour, ou une nuit, un démon venait à s’en prendre à vous, lors de votre solitude la plus esseulée, et à vous dire : ‘Cette vie telle que tu la vis maintenant, et que tu l’as vécue, tu devras la vivre une fois de plus, d’innombrables fois de plus’… Ne vous jetteriez-vous pas sur le démon qui a parlé ainsi, en grinçant des dents et en le maudissant ? Ou avez-vous déjà vécu une période phénoménale, pendant laquelle vous lui auriez répondu : ‘Tu es un dieu, et jamais je n’ai entendu quelque chose d’aussi divin.' » – Friedrich Nietzche, The Gay Science.

Puisque le genre humain est « de la nourriture pour la Lune », le rôle de la Lune et des planètes n’est pas passif. De chacun d’entre elles émanent diverses formes d’énergie, qui peuvent être utiles ou hostiles au développement de l’homme. Puisque nous n’avons pas de contrôle conscient sur elles, elles nous influencent selon leurs caprices.

En magie traditionnelle, chaque planète a un esprit et une intelligence. Comme l’écrit Francis Barrett dans The Magus, l’intelligence est une force évolutive qui essaie d’éveiller l’homme, alors que l’esprit est une force asservissante qui essaie de tromper. Ce modèle reflète de plusieurs façons les deux modes de la Kundalini (et de Kali) ) à une échelle bien plus grande.

Le 19 mars et les influences lunaires

La Lune est une des influences les plus significatives. Elle se nourrit des facteurs karmiques humains, et les recycle vers la Terre à l’infini. Elle a des effets bien plus importants. La Lune contrôle les marées, attire la Terre, et agite apparemment l’état psychologique des malades mentaux.

De plus, son objectif est de devenir une planète de plein droit. Selon les enseignements directs de G. I. Gurjieff, de P. D. Ouspensky, Rodney Collin et Boris Mouravieff, l’esprit de la Lune absorbe une partie de la force vitale avant de retransmettre les facteurs karmiques à la Terre, dans son long parcours visant à redevenir une planète vivante.

Depuis qu’elle s’est séparée de la Terre, c’est une âme acharnée, esseulée, stérile et en colère, qui se nourrit de l’énergie des autres, et tente de redémarrer son cycle de vie. Une partie de ce processus consiste à ce que certains alignements uniques permettent à la Lune d’accroître son influence. Ceci provoque des désastres et des souffrances contribuant à accélérer son accès aux énergies vitales, et ainsi écourter sa quête visant à redevenir une planète vivante.

Le 18 mars 2010, la Lune s’est trouvée au plus proche de la Terre, ce qui en a fait une « Superlune ». Elle était 20% plus brillante et 15% plus grosse qu’une Lune normale. L’orbite de la Lune varie légèrement ; la Superlune n’était qu’à 356,577 km de la Terre.

Bien sûr, les scientifiques font débat pour savoir si cela a un effet physique minime sur la Terre, et si cela pourrait être vrai ou pas. Mais l’influence spirituelle de cet évènement ne doit pas être sous-estimée.

Non seulement, nous avons eu un énorme tremblement de terre et un tsunami le 11 mars, ainsi que la crise nucléaire japonaise. Mais à cause du besoin de se nourrir qu’a la Lune, une guerre est également en vue.

Le rôle de la violence et du sacrifice, consistant à libérer de la force vitale, est connu depuis toujours. C’est pour cela qu’ont lieu des sacrifices, et que nos dirigeants nous manipulent dans le but de déclencher une guerre. Ce qui est moins connu, c’est l’utilisation cosmique de la guerre par la sphère lunaire, à ses propres fins.

Alors que de nombreux païens voient la Lune comme un symbole des cycles naturels de la Terre, d’autres traditions plus anciennes voient le Soleil comme celui qui apporte la vie, et la Lune comme une force destructrice, qui doit rester soumise.

Au sein d’un tel système, la Lune est vue comme celle qui apporte la guerre et les épidémies, lorsque les individus et les pouvoirs collectifs ne contrôlent pas sa funeste influence. L’attaque de la Lybie a débuté le 19 mars. Elle représente certainement l’irrationalité de la guerre.

Les sources de confiance concernant la Lybie sont difficiles à trouver. Pourtant, il semble que Mouammar Khadafi se soit battu pour protéger son pays des incursions provenant de l’extérieur, comme al-Qaïda, et des capitalistes, qui ne pouvaient attendre de mettre les mains sur son pétrole.

Bien sûr, nous n’entendons pas parler de ces facteurs dans la presse, puisque les informations au sujet de l’attaque contre la Lybie a été savamment orchestrée par les médias, et c’est plutôt une guerre psychologique qu’un guerre civile. Pendant que la Lune s’alimente grâce à la guerre et à la destruction, les désillusions se répandent d’individu à individu, d’esprit à esprit, et des mèmes de folie collective s’installent.

L’Idéalisme Magique et la Voie Solaire

Est-il possible d’échapper à la force de la Lune, ou sommes-nous juste sous le joug des influences cosmiques ?

Qu’il s’agisse du Fourth Way de G. I. Gurdjieff, ou de l’idéalisme magique de Julius Evola, ils prétendent tous deux que ce n’est qu’en créant un Soi, et en prenant l’entière responsabilité de ses pensées, de ses émotions, et de ses actions, que l’on peut nous soustraire à l’influence des planètes. Et, dans les termes de Gurdjieff, échapper à la Loi de l’Accident.

Pour Gurdjieff, ce processus implique de s’aligner avec les divers centres énergétiques du corps, et de créer un sens de la conscience plus élevé, à partir duquel évolue un nouveau corps (au niveau de « tous les Soleils »), qui peut survivre à la mort en tant que forme séparée et isolée.

Pour Evola, la Voie Solaire implique la philosophie de l’Idéalisme Magique, selon lequel l’univers subjectif de l’individu est exploité dans le but de créer un monde intérieur unique, à partir duquel un vrai Soi peut être forgé. C’est la véritable voie héroïque, et seul le héros peut vaincre le pouvoir de la Lune, faire l’ascension du Rayon de la Création, et renaître en tant qu’immortel, à travers le pouvoir du Soleil.

Traduction et ajouts par Valentin Sterckman, Chercheurs de Vérités

Source : New Dawn Magazine

Catégories
Astrologie

Laissez une réponse

Chercheurs de Vérités
error: Si vous avez besoin de quelque chose, contactez-nous !