tout est énergie
Eveil spirituel

L’illusion de la matière : Pourquoi notre monde 3D n’est pas ce qu’il est

Selon la physique quantique, l’univers matériel (physique) n’est autre qu’une forme d’énergie hyper densifiée. Absolument tout ce qui existe dans l’univers – y compris vous-même, qui êtes en train de lire cet article – est un amas d’énergie.

Il existe différentes structures énergétiques. Au plus une énergie est densifiée, au plus elle est physique : c’est-à-dire qu’on peut la toucher, la sentir, la voir. Par exemple, l’ordinateur grâce auquel j’écris cet article est très dense, puisqu’il est palpable. Je ne peux pas le plier, ou changer sa forme d’une quelconque façon, au risque de le casser, puisqu’il est trop dense. A l’inverse, l’air qui m’entoure est beaucoup plus volatile, et me permet de me déplacer facilement. Si l’air avait la même densité que mon ordinateur, il me faudrait énormément de force et d’énergie pour me mouvoir. Et à l’inverse, si mon ordinateur était aussi volatile que l’air, je n’arriverais pas à taper sur les touches et à écrire cet article.

Chaque élément matériel est donc structuré d’une certaine façon. C’est ce qui définit sa forme, sa fonction, et le nom qu’on lui donne. Par exemple, mon ordinateur n’est un ordinateur que parce que l’énergie dont il est composé s’est agencée (structurée) sous la forme d’un ordinateur. Si l’énergie qui compose mon ordinateur s’était structurée sous la forme d’une théière, avec la fonction d’une théière, alors ce serait tout simplement une théière !

[Notez que j’utilise le mot « énergie » dans cet article, mais vous pouvez le remplacer par le mot qui vous parle le plus : l’éther, akasha, le qi, le champ quantique, l’énergie du point zéro, la vibration, la fréquence, l’esprit, la Conscience… Ce sont tous des synonymes dans ce contexte.]

L’importance cruciale du langage dans la matière

Le langage est très important dans le monde matériel. Il nous permet de donner un nom à tout ce que nous voyons, à tout ce qui est structuré de la même façon. Par exemple, même si toutes les chaises n’ont pas la même forme, ni la même matière, le même poids, etc., à partir du moment où elles ressemblent à l’idée que l’on se fait d’une chaise, et que l’on peut s’en servir pour s’asseoir, alors, nous leur donnons le nom de chaise.

C’est en cela que le langage est très important dans notre réalité tridimensionnelle. Si je rencontre un objet ou une forme que je ne connais pas, et que je ne peux donc pas nommer, je vais devoir, soit lui inventer un nom, soit lui donner un nom qui existe déjà dans mon vocabulaire.

Toutefois, à partir du moment où j’aurai décidé de nommer cet objet, alors cet objet ne sera que ce que j’ai décidé qu’il soit. Si je nomme cet objet « table », alors, ce sera une table, et rien d’autre. L’usage que je pourrai en faire sera limité à sa fonction de table. Je ne pourrai donc pas, par exemple, m’en servir comme d’une chaise ou d’un canapé.

Les limites du langage

Ainsi, le fait de nommer une chose lui donne une fonction, mais lui retire également toutes les autres fonctions qu’elle pourrait avoir. Là où je veux en venir, c’est que le fait de nommer quelque chose est une limite imposée par l’esprit. De la même façon, si je décide de nommer le corps humain « corps humain », j’obnubile tout ce qu’il est d’autre qu’un corps. Par exemple, le corps humain est un ensemble d’organes, de sang, d’os, de nerfs, etc. Mais il est aussi un amas de milliards de cellules, qui elles-mêmes sont de l’énergie plus ou moins densifiée.

Le fait de nommer quelque chose permet donc de simplifier cette chose, de la rendre plus accessible. Cela permet aussi de différencier les choses, ou les concepts. Une porte n’est pas un mur, et une pomme n’est pas une poire. Pourtant, intrinsèquement, si l’on s’intéresse à la structure énergétique de tous ces objets d’un point de vue quantique, ils représentent tous un amas d’énergie densifiée, et sont donc exactement la même chose, mais sous une forme différente !

En d’autres termes, les atomes qui constituent une casserole auraient très bien pu constituer une poêle, ou autre chose de métallique. Par ailleurs, si on décide de faire fondre cette casserole, cela donnera du métal. Or, ce métal est issu de la casserole, mais ce n’est plus une casserole, puisque la forme et la fonction de casserole n’est plus présente. Du moins, pour le moment… Car si on décide de refondre le métal sous la forme d’une casserole, on peut récréer cette casserole.

C’est donc le passage d’un état à un autre qui permet de changer le nom/la fonction de quelque chose de matériel, et par conséquent, de nommer cette chose. Une casserole, tant qu’elle garde sa forme et sa fonction de casserole, s’appelle toujours une casserole. Pourtant, dès que son état/sa structure change (si on la fait fondre, si on la casse, etc.), cette casserole devient autre chose.

Néanmoins, si l’on analyse ceci d’un point de vue quantique, on s’aperçoit que c’est le changement de la structure énergétique d’un objet qui provoque un changement dans sa fonction, son apparence, et par extension, dans le nom qu’on lui donne.

Prenons un exemple plus complexe, qui permettra de clarifier ce concept : l’eau. Selon l’échelle de température à laquelle on soumet l’eau, elle adopte soit un état solide (la glace), soit un état liquide (l’eau), ou un état volatile (la vapeur). Si l’on prend une certaine quantité d’eau, que l’on conserve dans un espace fermé, on peut la faire passer, tour à tour, d’un état liquide à solide, solide à vaporeux, vaporeux à liquide, presque à l’infini. Et pourtant, selon son état (solide, liquide, ou volatile), son aspect changera, et par extension, son nom aussi.

Encore une fois, ce ne sont que des changements d’état. Chaque chose que l’on peut désigner, nommer, différencier, n’est qu’un état, une structure qu’adopte l’énergie. Tout est énergie.

Tout est énergie, tout est fréquence

L’un des plus grands personnages de notre histoire ayant popularisé cette idée, n’est autre que Nikola Tesla :

Nikola Tesla

Nikola Tesla savait que tout n’est qu’énergie. L’énergie, quel que soit son état, n’est que de l’énergie. Elle n’est pas bonne ou mauvaise, positive ou négative, etc., elle est tout simplement. C’est l’humain, notamment par le biais de son langage, qui lui donne un aspect. Si nous n’existions pas pour dire que l’énergie est positive ou négative, l’énergie serait, existerait, tout simplement.

Or, si l’énergie n’existait que dans un seul état, elle ne serait qu’une seule et même chose ; elle ne pourrait donc pas se différencier d’elle-même, se comparer. C’est donc pour cela qu’elle a adopté différentes structures, différents états, pour que ces états puissent se différencier les uns des autres.

La Conscience/l’énergie qui s’observe

En d’autres termes, l’énergie s’est diversifiée, a changé d’état, pour pouvoir s’observer. C’est pour cela que nous, humains, sommes sur Terre : car pour que l’énergie puisse s’observer elle-même, elle a dû se dissocier, se diviser. En ce qui nous concerne, l’énergie a adopté une forme humaine afin de pouvoir s’observer, s’étudier, à travers nous.

Pour comprendre où je veux en venir, imaginez que vous soyez la seule personne qui existe sur Terre, et qu’aucun miroir n’existe pour vous faire savoir ce que vous êtes. Vous chercherez forcément à savoir ce que vous êtes, pour donner un sens à votre existence. Pour cela, il vous faudrait créer un autre aspect de vous-même, qui vous permettrait de vous faire comprendre ce que vous êtes, qui vous êtes.

De plus, vous êtes ce que vous êtes par rapport à tout ce que vous n’êtes pas : vous êtes qui vous êtes parce que vous n’êtes pas votre voisin, ou parce que vous n’êtes pas une plante. Le fait de pouvoir vous comparer vous permet donc d’avoir une identité. Ceci veut donc dire que vous êtes humain parce que d’autres choses existent. Encore une fois, je pense que vous comprendrez mieux avec un exemple :

Imaginez que vous soyez grand. Si rien autour de vous n’était petit, comment sauriez-vous que vous êtes grand ? Tout aurait la même taille, et aucune comparaison ne serait possible. Or, vous êtes grand parce qu’il existe des êtres vivants/choses plus petits que vous. Vous avez donc la chance d’être ce que vous êtes parce que les autres sont ce que vous n’êtes pas.

Malgré tout cela, vous allez peut-être continuer de penser : « Je ne suis pas de l’énergie : j’ai une volonté, des désirs, une personnalité, je vis ma propre vie, les objets que je touche sont solides, mes sentiments et émotions ont l’air réels, etc. » C’est parce que dans notre monde, l’énergie s’est tellement densifiée, tellement matérialisée, que nous n’avons plus l’impression que tout est énergie.

Même avec des notions de base en physique quantique, on s’aperçoit vite que tout est énergie, et que sans l’énergie, rien n’existerait, car l’énergie est tout ce qui est, et tout ce qui est, est énergie. C’est un des concepts les plus importants à comprendre au XXIème siècle. Car comprendre que tout est énergie, c’est comprendre que tout est lié, et que faire du mal à autrui, c’est faire du mal à nous-même.

Tout est lié

Chez la plupart des humains, l’égo est encore omniprésent, ce qui fait qu’il est difficile de s’en détacher. Nous avons tous l’impression d’être unique, d’avoir notre propre individualité. Il nous paraît donc évident que tout ce qui est extérieur à nous-même est complètement séparé de nous-même, sans aucun lien. C’est la vision dominante dans le monde de la matière, dans la 3D : la vision dualiste.

Néanmoins, en partant du constat que tout ce qui existe est un état qu’a adopté l’énergie, il est facile de comprendre que tout ce qui nous entoure est une partie de nous même, étant donné que nous sommes tous une partie de cette énergie.

C’est pour cela que si je fais du tort à quelqu’un, je fais avant tout du tort à moi-même, puisque chaque personne est un reflet de moi-même, un autre état qu’a adopté l’énergie. Mais cela ne se cantonne pas aux humains. On peut étendre ce concept à toute vie qui nous entoure : les animaux, les plantes, les arbres, etc. D’un point de vue quantique, c’est même encore plus large : tout ce qui est, est vivant, puisque tout ce qui est, est une forme qu’a prise l’énergie. Et l’énergie est vivante, puisqu’elle est constamment en mouvement ; son état change constamment.

Cela paraît très étrange, au début, de concevoir que tout est vivant. Quand je regarde l’ordinateur sur lequel j’écris ces lignes, je n’ai pas l’impression qu’il est vivant, pas plus que la table sur laquelle il est posé. Toutefois, puisque tout est énergie, ceci veut dire que, d’un point de vue énergétique, tout est vivant. Tout est susceptible de changer, de se transformer, de changer d’état.

De la même façon que chaque organe, chaque cellule de votre corps a son utilité, dans le cosmos, tout sert à quelque chose. Tout a sa place dans le cosmos, parce que le cosmos est un organisme vivant.

Le piège de la dualité

On peut facilement penser à des exceptions à cette règle : un collègue de travail qui passe sa journée à dire du mal de vous, une mouche qui bourdonne à vos oreilles sans arrêt, une blessure à la jambe qui vous invalide et vous fait mal, etc. Face aux circonstances du quotidien, on peut vite se remettre à penser que tout n’est pas si utile que ça, que certaines choses/personnes ne devraient pas exister.

Mais ce raisonnement nous fait rester dans la dualité. Ce raisonnement nous fait nous penser qu’il existe des choses qui sont extérieures à nous, séparées de nous-même, qui ne méritent pas autant que nous de vivre. Et pourtant, même les choses les plus agaçantes, les personnes les plus futiles, et les évènements les plus difficiles, sont utiles. N’avez-vous jamais remarqué que vous appreniez toujours plus, et plus vite, lorsque la vie était difficile ? Ne connaissez-vous pas des personnes, ou des animaux, qui, face à des circonstances horribles, ont réussi à donner le meilleur d’elles-mêmes, et à transcender l’existence ?

La vie n’est pas un long fleuve tranquille. Mais chaque étape, chaque épreuve, sert à mieux vous faire apprécier ce qui s’ensuit. Car après l’hiver, le printemps arrive, puis l’été. La vie est un cycle.

Au plus vite vous accepterez ce fait incontestable, au plus les choses vous sembleront facile. Si vous décidez, au contraire, de résister, les circonstances que vous affronterez seront de plus en plus compliquées. Peut-être que cette métaphore vous aidera à mieux comprendre : Si vous vous embourbez dans des sables mouvants, et que vous luttez pour ne pas y rester piégé, vous accélérerez le phénomène. A l’inverse, si vous vous détendez, si vous restez calme, vous arriverez sans doute à vous en sortir.

Si vous voulez vivre une vie plus heureuse, vous devez adopter ce genre de comportement durant la plupart des évènements difficiles de votre vie. Oubliez la dualité ; tout est une seule et même chose, sous un aspect différent.

Le mot de la fin

Il est difficile d’intégrer tout ceci d’une traite. Je le sais de par mon expérience. C’est un des points les plus importants à comprendre pour l’humain du XXIème siècle, mais aussi l’un des plus complexes. Toutefois, après avoir compris que tout est énergie, que tout est lié, on voit les choses complètement différemment. C’est ce que certains appellent « voir au-delà du voile ». Les Toltèques appellent cela le mitote (brouillard). L’idée dominante est donc que ceux qui ne comprennent pas l’Unité que représente la vie, sont aveugles, ou vivent dans le brouillard : ils ne croient que ce que leurs cinq sens leur permettent d’expérimenter.

On commence à se voir comme une partie d’un tout, de l’Unité. C’est le nouveau paradigme du XXIème siècle.

Bien entendu, vous avez le droit de conserver votre ancienne façon de penser, la pensée dualiste (noir contre blanc, jour contre nuit, bien contre mal, gentil contre méchant, etc.), mais cette façon de penser est de plus en plus stérile, au fur et à mesure que l’on avance dans le XXIème siècle. Nous sommes à l’aube d’un changement d’une ampleur majeure, littéralement, de la période la plus importante de toute l’histoire de l’humanité.

Allez-vous vous laisser porter par cette vague de changement, ou préférerez-vous lutter ? Le choix vous revient, mais si vous comprenez que tout est lié, le choix que vous devez faire vous paraîtra évident.

Vous êtes tous des êtres de Lumière, apprenez à rayonner de tout votre être ! Brillez comme des étoiles, car c’est ce que nous sommes tous, à la base : de la poussière d’étoile.

Amour et Gratitude

Par Valentin Sterckman, Chercheurs de Vérités

Catégories
Eveil spirituelPhysique quantique

Laissez une réponse

Chercheurs de Vérités
error: Si vous avez besoin de quelque chose, contactez-nous !