enfants non vaccinés moins souvent malades
Vaccins

Les enfants vaccinés sont 2 à 5 fois plus souvent malades que les enfants non vaccinés

Une étude récente vient de se terminer, et ses résultats nous offrent des informations qui devraient nous faire réellement remettre en cause notre approche de la santé de nos enfants, dès leur plus jeune âge.

Une étude allemande, menée par Andreas Bachmair, praticien homéopathique, a conclu que les enfants qui sont vaccinés sont atteints de 2 à 5 fois plus de maladies que ceux qui ne sont pas vaccinés. Les données de l’étude ont été collectées par des parents dont les enfants n’ont pas été vaccinés, par le biais d’un questionnaire internet sur vaccineinjury.info. Cette étude est indépendante, et a été auto-financée, afin qu’il n’y ait aucun intérêt personnel, aucun parti pris, ni aucun intérêt financier à la clé. Chacun des 8000 cas est un véritable cas médical, médicalement documenté. Trois autres études ont obtenu des résultats similaires, selon Bachmair.

Après que toutes les données aient été collectées et vérifiées, elles ont été comparées à l’étude de santé allemande KIGGS, qui porte sur des enfants faisant partie de la population nationale.

Aux Etats-Unis, aucune étude portant sur les résultats sanitaires de la vaccination et de la non-vaccination n’a été menée par les CDC ou d’autres agences ces 50 dernières années, alors que de plus en plus de vaccins sont admnistrés. (à présent, plus de 50 doses de 14 vaccins sont administrées avant la maternelle, dont 26 doses lors de l’année de naissance).

On pense généralement que la base de données du Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) contient seulement 3 à 5 pourcents d’incidents relatés. C’est le cas, puisque les médecins ne rapportent que quelques réactions immédiates. De nombreuses réactions négatives restent cachées, sans être reliées aux résultats des vaccins. Plus important encore, le fait que les chiffres du VAERS ne représentent que les réactions immédiates (quelques heures, ou une semaine tout au plus). Les médecins ou parents ne se rendent pas compte que la plupart des maladies à long terme induites par les vaccins sont une conséquence de la vaccination. Pour faire simple, de nombreux enfants et adultes sont atteints de maladies induites par des vaccins, mais aucun lien avec les vaccins n’est établi.

Le graphique ci-dessous indique les résultats de l’étude terminée :

étude vaccins KIGGS

Il est clair qu’il y a un lien entre ce que nous injectons à nos enfants, et la manifestation de ces maladies. Le processus est assez simple. Les vaccins ont le même moyen d’action qu’un virus d’ordinateur. Seulement, ce virus est une potentialité qui peut avoir lieu, dans le cas où les conditions nécessaires se présenteraient. En mettant toutes ces possibilités dans le corps, et en détruisant le système immunitaire humain dès la naissance, le corps est bien plus vulnérable à ce qu’il subit plus tard dans la vie. Le but des vaccins n’est pas seulement d’induire une maladie, ou d’empêcher le système immunitaire de fonctionner, mais également d’ancrer les gens dans ce monde. Après tout, nous ne pouvons pas laisser nos enfants qui pensent et vivent différemment, et qui représentent une menace au système actuellement en place.

Une autre étude a également eu lieu en Afrique. Elle montré des résultats très similaires, mais qui ont à voir avec le taux de mortalité infantile.

L’étude menée en Guinée-Bissau montré un redoublement de la mortalité infantile parmi les enfants à qui on a administré une seule dose de vaccin DTP. Le taux de mortalité a plus que quadruplé après la deuxième et la troisième dose.

Selon le site Age of Autism :

“Les données du VAERS montrent une mortalité infantile élevée aux Etats-Unis, après la vaccination contre le DTP (bien plus élevée que celle contre la coqueluche, la diphtérie et le tétanos combinés ; il est donc clair que les vaccins DTP rendent plus d’enfants malades qu’ils n’en sauvent.”

A cause de ces constats flagrants, un jury de sécurité a été convoqué au Japon pour enquêter sur le lien entre les deux vaccins utilisés à grande échelle – le Prevenar de Pfizer et l’ActHIB de Sanofi Pasteur – et la mort de cinq enfants le mois dernier. En ce moment, le ministère de la santé japonais a demandé aux médecins d’arrêter d’immuniser les enfants avec les vaccins avant qu’une enquête intégrale ne soit menée, avec une conclusion à la clé.

Le compte-rendu de ces découvertes a été diffusé pour la première fois sur BBC News en janvier 2011. La fois suivante où l’histoire a été diffusée sur BBC, la même semaine, une attaque et une campagne de diffamation massives ont eu lieu contre les médecins impliqués dans l’étude. Il va sans dire qu’aucun autre organe de presse n’a diffusé ou relaté l’histoire, qui n’a eu aucune couverture dans d’autres pays, y compris en Amérique du Nord.

Ce qui suit a été écrit dans un article exposant les grandes lignes de l’histoire des découvertes présentées par le Dr Aaby et son équipe. Comme vous pouvez le voir, l’article n’est désormais plus trouvable en ligne.

“…[Une] équipe de détectives médicaux danois et africains ont assemblé des preuves qui pourraient changer le système de santé public à jamais. Ils ont découvert que les vaccins et les compléments vitaminés ont des effets inattendus – bons et mauvais – sur le système immunitaire des enfants.”

C’est la première fois qu’un journaliste britannique visite l’unité de surveillance sanitaire de Bandim, où le Dr Peter Aaby et son équipe ont travaillé dur pendant plus de 30 ans – en période de guerre, de catastrophes naturelles, et d’épidémies … Leurs travaux de détectives de la santé ont généré plus de 600 articles savants dans les journaux médicaux majeurs du monde, et sont responsables du retrait d’un vaccin contre la rougeole potentiellement mortel par l’Organisation Mondiale de la Santé.

Mais l’OMS n’a pas encore réagi suite aux découvertes les plus explosives en provenance de Guinée-Bissau.

Ils montrent que les vaccins les plus utilisés dans le monde peuvent renforcer – ou affaiblir – le système immunitaire infantile à long terme, et affecter leur capacité à se défendre contre les maladies. Les résultats remettent directement en cause les conseils de santé globale de l’OMS, suivie par la plupart des pays en dévelppement, et pourrait insinuer que des milliers de jeunes vies, en Afrique et ailleurs, courent un danger inutile.

Nous allons entendre parler de certains scientifiques les plus respectés du monde dans le domaine de la santé, qui appuient les découvertes d’Aaby. Le documentaire pose également la question de savoir pourquoi l’OMS n’a pas encore agi par rapport aux preuves présentées jusqu’alors. Et si les analyses de sûreté des nouveaux vaccins et compléments vitaminés, fortement encouragées par les agences de donneurs [d’organes] et les entreprises pharmaceutiques, sont d’une portée suffisamment grande.

Comme l’affirme le Dr Mercola, sur son site traitant des vaccins et de la sûreté vaccinale :

“Beaucoup de choses sont claires :

  1. Il existe des risques inhérents à tous les vaccins ;
  2. Comme on peut s’y attendre, les conséquences sanitaires post-vaccinales à long terme ne font pas l’objet d’études ;
  3. Quand un vaccin vous fait du tort, ou fait du tort à votre enfant, les risques sont de 100 pourcent, et vous devrez en gérer les conséquences vous-même, parce que ceux qui font et administrent les vaccins ne sont pas tenus responsables au tribunal civil, et les dommages-intérêts de nuisance vaccinale sont très difficiles à obtenir au niveau fédéral.

Pire encore, une Cour Suprême américaine a récemment décidé d’octroyer aux entreprises pharmaceutiques une protection totale contre la responsabilité des dommages et morts causés par les vaccins mandatés par le gouvernement.”

Pour finir sur une note plus positive, beaucoup d’entre nous commencent à changer leur vie de façon assez drastique, et les effets que ces vaccins ont sur nous et nos nouveaux-nés diminuent. Cependant, nous devrions chercher à éviter les vaccins, à la fois pour nous-mêmes et pour nos enfants, dès leur naissance.

Par Joe Martino, Collective-Evolution

Traduction et ajouts par Valentin Sterckman, Chercheurs de Vérités

Sources :

Mercola.com

BBC

Living Food Journal

Catégories
Vaccins

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
  S’abonner  
Notifier de
Rejoignez-nous sur Facebook
Facebook Pagelike Widget
S’abonner à la newsletter
Recevez toutes les dernières informations
Catégories
Chercheurs De Vérités