micro-puce RFID
Contrôle

La BBC fait la promotion de l’implantation de micropuces aux humains

Aimeriez-vous avoir une micropuce RFID implantée sous la peau ? Si vous êtes comme moi, vous n’autoriseriez jamais une telle chose. Mais plein d’autres personnes, parmi les plus jeunes générations, voient les choses différemment.

Par Michael Snyder, The Truth

Les micropuces RFID (IDentification par Radio-Fréquence) et autres formes de ‘technologie portable’ sont de plus en plus considérés comme étant ‘cool’, ‘tendance’ et ‘à la pointe de la technologie’ par la jeunesse, qui désire « s’améliorer ». Et bien sûr, les médias mainstream sont tous en faveur de ces ‘avancées technologiques ».

Par exemple, la BBC vient juste de publier un article intitulé « Pourquoi vouloir se faire implanter une micropuce« . On nous y explique que de tels implants pourraient résoudre un large éventail de problèmes sociétaux.
Le vol d’identité et la fraude à la carte de crédit seraient quasiment éliminés. De nombreuses autres formes de crime diminueraient de façon significative. Les enfants ne se perdraient jamais, et nous n’aurions pas à nous souvenir d’une ribambelle de mots de passe et de codes PIN comme nous le faisons actuellement. On nous explique que si nous adoptions simplement une telle technologie, nos vies seraient vraiment meilleures. Mais est-ce vraiment le cas ?

Pendant que notre société devient ‘digitalement intégrée’, les technologues nous disent qu’il est inévitable que la technologie portable devienne aussi courante que les smartphones le sont aujourd’hui. Et l’article de la BBC que je viens juste de mentionner est très enthousiaste quant à l’arrivée de ce jour :

« En fin de compte, les micropuces implantées offrent un moyen de rendre votre corps physique lisible par une machine. Actuellement, il n’y a pas un seul standard de communication avec les machines qui assitent la société – des panneaux d’accès aux bâtiments aux distributeurs de liquide – mais une diversité sans fin de systèmes d’identification : les bandes magnétiques, les mots de passe, les codes PIN, les questions de sécurité, et les clés de sécurité. »

« Tout ceci est une tentative pour couvrir l’écart qui se creuse entre votre identité digitale et physique, et si vous l’oubliez ou la perdez, vous perdez immédiatement l’accès à votre compte bancaire, à votre salle de sport, à votre taxi qui devait vous raccompagner chez vous, votre preuve d’identité, et plus encore. Par contraste, une micropuce implantée pourrait fonctionner en tant que gage universel d’identité pour naviguer à travers un monde régulé par les machines. » [1]

Et pour certaines personnes, ce jour est déjà arrivé. En fait, à certaines conférences sur la technologie, les gens font même la queue pour se faire pucer :

« Ce mois-ci, à la conférence des Visions Transhumaines de San Francisco, Graafsta a installé une ‘station d’implantation’ offrant aux participants la possibilité de se faire pucer pour 50 $. [2] A l’aide d’une grosse aiguille conçue pour faire des implants sur les animaux, Graafsta a injecté une puce RFID enrobée de verre, de la taille d’un grain de riz, à chaque volontaire. A la fin de la journée, Graafsta avait créé 15 nouveaux cyborgs. »

Vous ne trouvez pas que ça fout les jetons ?

En plus, les scientifiques ont à présent développé des batteries alimentées par le corps humain, et pourraient être utilisées pour la technologie implantable. Voici ci-dessous un court extrait d’un récent article de Kristan Harris, intitulé « Les scientifiques développent une batterie alimentée par le corps humain pour des puces RFID implantables » :

« Un groupe de chercheurs américains et chinois a collaboré dans la création de petites batteries implantables qui s’alimentent avec l’énergie humaine. Ces collecteurs d’énergie mécanique fins et flexibles ont été testés sur les vaches avec succès. Le processus utilise ce qui est connu sous le nom de collecte et stockage d’énergie piézoélectrique conforme, à partir des mouvements du coeur, des poumons et du diaphragme.

Ils disent que, dans le futur, elles pourraient être utilisées pour alimenter un éventail de gadgets. Combien de temps reste-t-il encore avant que vous ne rechargiez votre iPhone en le branchant à votre corps ? » [3]

Bien sûr, les micropuces RFID n’ont pas vraiment besoin d’être implantées pour être efficaces. En fait, elles sont déjà utilisées pour traquer les écoliers partout aux Etats-Unis :

« A l’arrivée, le matin, selon l’Associated Press, chaque étudiant de l’école maternelle CCC-George Miller va revêtir un pull avec une puce RFID cousue dedans. Pendant que les enfants vaquent à leurs occupations d’apprentissage, des capteurs vont enregistrer leurs déplacements dans l’école, et comptabiliser les présences aux cours et aux repas.

Les fonctionnaires de l’école prétendent qu’ils ne font qu’enregistrer les informations qu’ils ont besoin de fournir, contre des fonds fédéraux pour leur programme d’éducation. » [4]

Et au Royaume-Uni, les micropuces RFID sont utilisées pour suivre les enfants partout où ils vont, tout au long de la journée :

« Pour ceux qui voient la NSA comme étant le pire intrus qui soit dans la vie privée, je vous invite à passer un après-midi avec Aiden et Foster, deux garçons de 11 ans, pendant qu’ils finissent leur vendredi à l’école. Aiden invite son ami à la maison pour passer du temps avec, et ils envoient un message à leurs parents, qui acquiescent à l’idée.

« Pendant qu’ils sont dans le bus, le téléphone de Foster et son capteur de poignée alertent l’école et ses parents d’une déviation de sa route habituelle. L’école a été prévenue qu’il va chez Aiden, et n’appelle pas la police.

« En rentrant à la maison, le réseau domotique intégré reconnaît Aiden et bippe ses parents, tous les deux au travail, qui reçoivent un message sur leur téléphone et leur tablette. » [5]

Nous arrivons à toute allure vers un futur dystopique où il sera ‘normal’ que la technologie surveille le moindre de nos mouvements 24 heures sur 24. La plupart des gens vont bien accueillir ce changement, mais cela ouvre aussi la porte à un gouvernement oppressif qui pourrait un jour fortement abuser de cette technologie.

Un autre type de « technologie portable » qui gagne rapidement en reconnaissance est le « smart tatoo ».

Habituellement, nous sommes portés à croire que les tatouages sont de l’art corporel. Mais c’est sur le point de changer. Jetez un oeil à cet extrait d’un récent article de Gizmodo :

« Tout le monde, des neurologues aux biohackeurs, réinvente l’idée-même du tatouage. Avec la technologie adéquate, les tatouages peuvent faire bien plus que simplement vous rendre beau ou « bad boy ». Ils peuvent devenir des outils digitaux aussi efficaces et complexes que les smartphones qui rebondissent dans notre poche. Cela semble extrêmement futuriste, mais la technologie existe déjà. » [6]

En fait, une entreprise du nom de MC10 travaille actuellement sur un large panel de « smart tatoos », qui seront capables de faire des choses plutôt folles :

« Le scientifique John Rogers fait un travail incroyable avec les systèmes électroniques flexibles, qui collent à notre peau comme un tatouage temporaire. Ces soi-disant « appareils électroniques périduraux » peuvent tout faire, aussi bien surveiller les signes vitaux de votre corps que vous alerter lorsque vous commencez à attraper un coup de soleil. [7]

Rogers et son entreprise MC10 essaient actuellement de trouver des moyens de faire que l’électronique communique avec d’autres appareils, comme des smartphones, afin qu’ils puissent commencer à concevoir des applis. » [8]

Et Motorola a un brevet pour un tatouage qui recevra des ordres de mots non vocalisés dans la gorge :

« Le tatouage qu’ils ont en tête est en fait un tatouage qui sera fixé sur vos cordes vocales pour intercepter les commandes vocales subtiles – peut-être même des commandes subvocales, ou encore les murmures internes qui n’arrivent pas à pincer les cordes vocales quand ils ne reçoivent pas d’approbation totale de la partie du cerveau concernée. » [9]

Ils appellent ça « l’informatique portable », et ce dont nous sommes témoins maintenant est juste la partie émergée de l’iceberg.

Ce que nous verrons dans le futur va probablement plus loin que ce qu’aucun d’entre nous n’arriverait à imaginer maintenant. Le passage suivant est extrait d’un article récent de Computer World :

« Mais imaginez un futur où tout ce que dont vous pourriez avoir envie, vous apparaisse simplement, sans action ni effort de votre part. Vous seriez en train de manger dans un restaurant, et Google Glass pourrait, par exemple, vous dire que c’est l’endroit où votre père a demandé votre mère en mariage.

Ou que votre ami sera en retard à cause de la circulation, que le saumon a eu de mauvais avis sur internet, que votre parcmètre va expirer dans 20 minutes, ou que la salle de bain est après le bar, en haut des escaliers à droite. Imaginez que de telles connaissances puissent simplement apparaître dans votre champ de vision au moment exact où vous voulez le savoir.

Voici ce vers quoi l’informatique portable se dirige. »  [10]

Tout ceci peut avoir l’air très « cool » pour pas mal de gens. Mais que se passe-t-il si nous devons tous porter un « tatouage d’identification électronique » un jour ?

Qu’en est-il si un gouvernement oppressif utilise cette technologie pour regarder, suivre, surveiller et contrôler chacun d’entre nous 24 heures par jour avec cette technologie ?

Qu’en est-il si vous n’arrivons plus à trouver de travail, avoir un compte en banque ou acheter quelque chose sans « l’identification adéquate » ?

Je pense que vous pouvez voir où je veux en venir là-dessus. La technologie est vraiment une épée à double-tranchant. Elle peut faire un grand bien, mais elle peut aussi être utilisée pour faire le mal.

Traduit par Valentin Sterckman, ChercheursDeVérités.com

Catégories
Contrôle

Laissez une réponse

Chercheurs de Vérités
error: Ce contenu est protégé !